fbpx

Arthrose : simplement de l’usure?

 dans Blogue

Il arrive fréquemment que les patients confondent l’arthrite et l’arthrose. Cette confusion est tout à fait compréhensible puisqu’en fait, l’arthrose entre dans la grande famille des arthrites ou des arthropathies, dont il existe plus de 90 types reconnus par l’American College of Rheumatology.  

L’arthrose est la forme d’arthropathie la plus courante. Elle touche plus de Canadiens que toutes les autres formes d’arthrite combinées. On l’appelle aussi ostéoarthrose, ostéoarthrite, spondylarthrose (arthrose de la colonne vertébrale), dégénérescence articulaire (degenerative joint disease), discopathie dégénérative (degenerative disc disease ou dégénérescence des disques entre les vertèbres), etc. L’arthrose est en fait une dégradation du cartilage (tissu souple et résistant qui recouvre et protège l’extrémité des os) et de l’os en dessous.

Diagnostic

Il n’existe pas de test de dépistage particulier de l’arthrose. Le diagnostic peut être posé en fonction des symptômes et des résultats d’un examen physique. Les radiographies peuvent aider à confirmer le diagnostic, mais elles ne reflètent pas toujours ce que les symptômes laissent croire. Par exemple, au premier stade de l’arthrose, les radiographies pourraient ne pas refléter les symptômes, tandis que plus tard dans l’évolution de la maladie, elles pourraient révéler des dommages qui semblent plus graves que les symptômes.

Symptômes

L’arthrose se manifeste différemment d’une personne à l’autre. Voici certains des symptômes qui l’accompagnent souvent :

  • Douleur articulaire;
  • Raideur articulaire; 
  • Enflure articulaire;
  • Crépitation articulaire ou petits bruits de sable;
  • Instabilité articulaire ou sensation que l’articulation va lâcher;
  • Dysfonctionnement articulaire ou réduction de l’amplitude de mouvement.

Causes

Selon les théories présentement acceptées, l’arthrose survient lorsque les articulations saines sont soumises à des charges lourdes pendant une longue période. La probabilité d’être atteint d’arthrose s’élève donc avec l’âge et avec le surplus de poids. Toutefois, même des charges ordinaires peuvent accélérer cette dégénérescence si la personne a des articulations de forme inhabituelle ou a déjà subi une blessure articulaire.

Des études récentes indiquent que l’arthrose découlerait plutôt de l’incapacité du corps à réparer les tissus articulaires endommagés. En effet, des chercheurs ont découvert deux autres explications à la dégénérescence des cartilages. Ces deux causes ont l’avantage d’ouvrir la porte à la guérison, soit à la régénération des cartilages. De même, elles justifient beaucoup mieux les rôles de l’âge et du surpoids dans l’apparition de l’arthrose.

Première nouvelle cause : une mauvaise irrigation

La première explication mise de l’avant par les nouvelles recherches relie l’apparition de l’arthrose à un trouble de la circulation sanguine. En effet, des chercheurs ont mesuré l’épaisseur de la paroi de l’artère poplitée (derrière le genou) chez des patients atteints d’arthrose pour savoir s’il existe un lien entre un trouble d’irrigation et l’apparition de l’arthrose. Ils ont constaté que chez ces patients, la paroi de l’artère est effectivement plus épaisse (un signe de maladie cardiovasculaire). Ils concluent donc qu’il existe une explication vasculaire à l’arthrose, c’est-à-dire une relation entre la maladie et l’apport de nutriments par les vaisseaux sanguins.

D’autres chercheurs sont allés plus loin et ont mesuré l’état des vaisseaux sanguins dans l’os sous-chondral (directement sous le cartilage). À l’aide d’examens de résonance magnétique, les chercheurs ont évalué l’état des micro-vaisseaux à l’intérieur de l’os. Ils ont constaté que la maladie athéromateuse (lésion de la surface interne des artères) est directement liée à la progression de l’arthrose. Ils concluent que l’arthrose est une maladie vasculaire touchant l’os sous le cartilage. Une mauvaise irrigation sanguine occasionne une déficience en nutriments et en oxygène dans le cartilage, ce qui provoque une mort cellulaire et une dégradation du cartilage. La réduction de l’irrigation causerait également des lésions osseuses, qui entraînent une perte d’intégrité de l’os et contribuent à l’évolution de l’arthrose et à l’augmentation de la douleur.

Deuxième nouvelle cause : l’accumulation de glycotoxines

L’autre mécanisme d’apparition de l’arthrose mis de l’avant par la recherche est l’accumulation dans le cartilage de protéines anormalement liées à des sucres, que l’on nomme glycotoxines. L’accumulation de glycotoxines entraîne une réaction cellulaire qui peut détériorer les tissus.En effet, plus la concentration des glycotoxines augmente dans le cartilage, plus les chondrocytes (cellules composants le cartilage) développent de récepteurs à ces molécules. Plus les récepteurs sont stimulés, plus les cellules libèrent de molécules inflammatoires ayant pour but d’appeler les macrophages (cellules dont le rôle est de détruire les débris cellulaires). Il s’ensuit alors un phénomène de dégradation accélérée du cartilage.

 

Âge

En vieillissant, notre capacité à dégrader et à éliminer les glycotoxines s’affaiblit. Leur accumulation pourrait donc expliquer une bonne partie des symptômes de l’arthrose de même que le lien statistique entre l’âge et l’arthrose.

 

Poids

On sait que perdre du poids aide à diminuer l’arthrose. La récente littérature scientifique suggère que le soulagement des articulations n’est pas uniquement causé par l’effet mécanique de la réduction du poids. En réalité, ce sont plutôt les actions prises pour perdre du poids qui seraient bénéfiques. La saine alimentation diminue le taux de glycotoxines et l’exercice améliore la circulation. En améliorant le métabolisme par l’alimentation et l’exercice, on agit sur les deux principales causes de l’arthrose, soit l’inflammation et la mauvaise circulation, ce qui entraîne une amélioration de l’état du cartilage.

Traitements

Présentement, la position officielle des experts est que le processus d’apparition de l’arthrose est irréversible. Cependant, si l’on se fie aux deux plus récentes théories, soit la mauvaise irrigation et l’accumulation de glycotoxines, on pourrait penser qu’une saine alimentation et la pratique d’activité physique permettraient d’améliorer l’état du cartilage. Ces deux interventions sont d’ailleurs déjà recommandées pour maîtriser la douleur et accroître les capacités fonctionnelles.

Les chiropraticiens sont des alliés dans la prise en charge des patients atteints d’arthrose. En effet, les traitements permettent d’augmenter la souplesse, l’amplitude de mouvement et la mobilité, ainsi que de diminuer la douleur. Des programmes d’exercices axés sur la mobilité, l’étirement et le renforcement sont aussi souvent intégrés au plan de traitement. De plus, certaines recommandations personnalisées comme l’application de glace ou de chaleur, l’utilisation d’orthèses ou d’atèles ainsi que des recommandations nutritionnelles sont souvent de mise.

Dans certains cas, lorsque l’arthrose s’aggrave et que les traitements conservateurs ne suffisent pas, une rencontre avec un chirurgien orthopédiste peut être envisagée. Une articulation peut être remplacée à n’importe quel âge, mais cette intervention est principalement pratiquée sur des patients qui ont une arthrose avancée afin de maximiser la durée de vie de l’articulation artificielle. La décision d’y recourir dépend surtout du degré de douleur et d’incapacité occasionné par l’arthrose ainsi que des risques et bienfaits potentiels de l’intervention.

Dre Emmanuelle, votre chiropraticienne à Mirabel

 

Références

Académie de l’apothicaire Jean-Yves Dionne. L’arthrose n’est pas une maladie d’usure. En ligne. Consulté le 22-10-2019.

Ada Law. Diversified chiropractic management in the treatment of osteoarthritis of the knee: a case report. J Can Chiropr Assoc. 2001 Dec; 45(4): 232–240.

Choi KM et coll. Effects of exercise on sRAGE levels and cardiometabolic risk factors in patients with type 2 diabetes: a randomized controlled trial. J Clin Endocrinol Metab. 2012 Oct;97(10):3751-8.

Conaghan PG, Vanharanta H, Dieppe PA. Is progressive osteoarthritis an atheromatous vascular disease? Ann Rheum Dis. 2005 Nov;64(11):1539-41.

Findlay DM. Vascular pathology and osteoarthritis. Rheumatology (Oxford). 2007 Dec;46(12):1763-8.

Ghosh P, Cheras PA. Vascular mechanisms in osteoarthritis. Best Pract Res ClinRheumatol. 2001 Dec;15(5):693-709. Review.

Kornaat PR, Sharma R, van der Geest RJ, et coll. Positive association between increased popliteal artery vessel wall thickness and generalized osteoarthritis: is OA also part of the metabolic syndrome? Skeletal Radiol. 2009 Dec;38(12):1147-51.

Loeser RF, Yammani RR, Carlson CS, et coll. Articular chondrocytes express the receptor for advanced glycation end products: Potential role in osteoarthritis. Arthritis Rheum. 2005 Aug;52(8):2376-85.

Luevano-Contreras C, Chapman-Novakofski K. Dietary advanced glycation end products and aging. Nutrients. 2010 Dec;2(12):1247-65.

Marcu KB, Otero M, Olivotto E, et coll. NF-kappaB signaling: multiple angles to target OA. Curr Drug Targets. 2010 May;11(5):599-613.

Santé Canada. Acrylamide et aliments. En ligne. Consulté le 22-10-2019.

Saudek DM, Kay J. Advanced glycation endproducts and osteoarthritis. CurrRheumatol Rep. 2003 Feb;5(1):33-40.

Société de l’arthrite. L’arthrose. En ligne. Consulté le 22-10-2019.

Steenvoorden MM, Huizinga TW, Verzijl N. et coll. Activation of receptor for advanced glycation end products in osteoarthritis leads to increased stimulation of chondrocytes and synoviocytes. Arthritis Rheum. 2006 Jan;54(1):253-63.

Verzijl N, Bank RA, TeKoppele JM, DeGroot J. AGEing and osteoarthritis: a different perspective. Curr Opin Rheumatol. 2003 Sep;15(5):616-22.

Young JJ, KopanskyGiles D, Ammendolia C, Multimodal non-surgical intervention for individuals with knee osteoarthritis: a retrospective case series. J Can Chiropr Assoc. 2019 Aug;63(2):92-99.

Articles récents

Commentaires

Inscrivez votre recherche et appuyez sur "Entrer"

lombalgie, lumbago, douleur au bas du dos