fbpx

Les effets du stress sur votre corps

 dans Blogue

Fondamentalement, le stress est utile : il s’agit d’une réaction du corps à une menace (réelle ou perçue). Cette réaction a pour but de nous préparer à prendre certaines mesures, soit pour fuir, soit pour affronter cette menace. Cependant, à long terme, le fait de se trouver dans un état de stress chronique peut amener de sérieux problèmes de santé.

Comment le stress agit sur votre corps

Hans Selye, un endocrinologue d’origine autrichienne, fut un des premiers chercheurs à s’être intéressé au stress vers le début du 20e siècle. Il a défini le stress comme étant l’ensemble des moyens physiologiques et psychologiques mis en œuvre par une personne pour s’adapter à un événement donné. Selon lui, la nature des agents déclencheurs potentiels est complètement variable; la seule condition est qu’ils soient perçus comme capables d’endommager l’organisme et, par conséquent, d’amener une réaction de défense. Ce processus, qu’il nomme le syndrome général d’adaptation, est divisé en trois phases : la phase d’alarme, la phase de résistance et la phase d’épuisement.

La phase d’alarme

Cette première phase apparaît presque immédiatement après l’exposition au stress et résulte de l’activation du système nerveux sympathique qui stimule les organes impliqués dans la défense (appareil cardiovasculaire, poumons, foie et muscles) et inhibe les fonctions non vitales (digestion, reproduction). Les principales hormones sécrétées sont les catécholamines, c’est-à-dire l’adrénaline et la noradrénaline. Essentiellement, on observe une augmentation de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque, du rythme respiratoire et de la vigilance ainsi qu’une diminution du tonus des muscles lisses de la vessie et du péristaltisme intestinal. 

La phase de résistance

La deuxième phase fait suite à la réaction d’alarme si l’exposition au stress persiste. Il y a sécrétion de corticotrophine, qui stimule à son tour la production des hormones glucocorticoïdes, dont principalement le cortisol. Les effets sont principalement une augmentation du glucose sanguin ainsi qu’une inhibition du système immunitaire et des fonctions inutiles pour faire face au stress (reproduction, croissance).

La phase d’épuisement

Dans cette dernière phase, le taux de cortisol augmente de façon constante, ce qui amène un taux de sucre trop élevé dans le sang et une diminution de la sensibilité de nos cellules à l’insuline, qu’on appelle également l’insulinorésistance. Dès lors, les mécanismes d’adaptation de notre corps sont dépassés et cèdent. Cet état favorise l’apparition de diverses pathologies : maladies cardiovasculaires (hypertension, athérosclérose, infarctus), troubles gastroentériques (constipation, colite, ulcère), diabète, obésité, syndrome métabolique, etc.

La « recette du stress »

Tous les chercheurs n’étaient pas d’accord avec la théorie de Selye selon laquelle le stress était un phénomène non spécifique. En effet, si toute situation non spécifique peut entraîner un stress, cela impliquerait que nous devrions tous éprouver un stress devant les mêmes situations, ce qui n’est pas le cas. Cependant, les chercheurs étaient convaincus qu’il devait y avoir des éléments communs qui stimulent la sécrétion d’hormones chez tout le monde. C’est ainsi que les quatre caractéristiques qui induisent une réponse de stress chez la majorité (sinon la totalité) des gens ont été découvertes. Le site Web du Centre d’études sur le stress humain (CESH) expose la « recette du stress » : C.I.N.É.!

Ingrédients du stress

MENACESENTIMENT
NOUVEAUTÉQuelque chose de nouveau que vous n’avez jamais expérimenté se produit.
IMPRÉVISIBILITÉQuelque chose de complètement inattendu se produit ou encore, vous ne pouvez pas savoir à l’avance ce qui va se produire.
ÉGO MENACÉVos compétences et votre égo sont mis à l’épreuve. On doute de vos capacités.
CONTRÔLE FAIBLEVous sentez que vous n’avez aucun contrôle ou que vous avez très peu de contrôle sur la situation.

*Tableau tiré du site Web du Centre d’études sur le stress humain (CESH)

Les ingrédients du stress s’additionnent : plus il y a d’éléments du C.I.N.É. qui caractérisent une situation, plus la situation est stressante. Plusieurs facteurs déterminent le fonctionnement de notre système de réponse au stress et la quantité d’hormones sécrétées. Ces facteurs sont la génétique, les expériences dans l’enfance, la personnalité, l’environnement et le niveau de santé. De plus, il faut savoir que les situations qui impliquent le C.I.N.É. provoquent la sécrétion d’hormones du stress, de même que le simple fait d’anticiper ces situations.*Tableau tiré du site Web du Centre d’études sur le stress humain (CESH)

Les symptômes du stress

Il faut donc comprendre que nous ne développons pas un problème relié au stress seulement en étant exposé au stress. C’est la réponse de notre corps face au stress, c’est-à-dire la sécrétion d’hormones du stress, qui peut entraîner des problèmes de santé. En plus d’être un facteur de risque d’apparition de nombreuses maladies mentionnées précédemment, les symptômes du stress sont nombreux et variables d’une personne à l’autre. Ils peuvent être classés en trois catégories : les symptômes physiques, psychologiques et comportementaux.

Voici quelques symptômes physiques du stress :

  • des tensions musculaires;
  • de l’insomnie;
  • des troubles de l’appétit ou du système digestif;
  • des troubles sexuels;
  • des maux de tête;
  • des vertiges.

Les symptômes psychologiques du stress incluent :

  • une faible estime de soi;
  • de l’inquiétude;
  • de l’anxiété;
  • de l’irritabilité;
  • de l’agitation.

Le stress peut aussi vous pousser à changer vos comportements, par exemple :

  • vous isoler;
  • vous absenter du travail;
  • consommer plus d’alcool ou des drogues;
  • changer votre alimentation.

 De façon générale, il est possible de surmonter les réactions de stress, d’anxiété et de déprime. Par contre, il se peut qu’après un certain temps, les symptômes persistent et s’aggravent. Vous pouvez consulter mon article pour découvrir quelques techniques de gestion du stress. Si vous vous sentez dépassé, il pourrait alors être bénéfique pour vous d’aller chercher de l’aide. Vous pouvez contacter le service Info-Social 811. Des professionnels en intervention psychosociale vous offriront du soutien et vous transmettront de l’information et des conseils selon vos besoins.

Dre Emmanuelle, votre chiropraticienne à Mirabel

Références

Association canadienne pour la santé mentale. En ligne. [https://cmha.ca/fr/documents/le-stress]. Consulté le 16 mai 2021.

Centre d’études sur le stress humain (CESH). En ligne. [https://www.stresshumain.ca/le-stress/comprendre-son-stress/source-du-stress]. Consulté le 16 mai 2021.

Gouvernement du Québec. En ligne. [https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/stress-anxiete-et-deprime-associes-a-la-maladie-a-coronavirus-covid-19]. Consulté le 16 mai 2021.

DRAGOS, D. et MD TANASESCU (2010). « The effect of stress on the defense systems », Journal of Medicine and Life, vol. 3, no 1, p. 10-18.

SELYE H. (1950). « Stress and the general adaptation syndrome », British Medical Journal, June 17, p. 4667-4677.

STRELL et collab. (2009). « Divergent effects of norepinephrine, dopamine and substance P on the activation, differentiation and effector functions of human cytotoxic T lymphocytes », BMC Immunology, 10:62.

STOJANOVICH, L. (2010). « Stress and autoimmunity », Autoimmun Rev, vol. 9, no 5, p. A271-276.

Articles récents

Commentaires

Inscrivez votre recherche et appuyez sur "Entrer"

traitement-maux-de-tete