dans Blogue

Imaginez-vous en train de faire des recherches sur un sujet qui vous passionne, que ce soit pour le travail ou simplement pour le plaisir. Vous êtes à votre ordinateur, sur votre tablette ou sur votre téléphone, et des articles ou des vidéos tous plus intéressants les uns que les autres s’enchaînent, vous captivant durant un moment.

À quoi ressemble votre posture pendant ce temps? Il y a fort à parier que par moment, elle se caractérise par le haut du dos légèrement courbé (hypercyphose thoracique), la tête légèrement projetée vers l’avant (protraction de la tête) et les épaules légèrement relevées vers le haut. Répétée plusieurs fois par semaine, cette position conduit à une mauvaise adaptation de certains groupes musculaires.

En effet, dans cette position certains muscles se contractent et sont ainsi raccourcis de manière prolongée, tandis que d’autres sont allongés et étirés. Un déséquilibre se crée alors : c’est le syndrome croisé supérieur. Cela concerne les groupes musculaires des épaules, du cou et du dos. Le mot croisé dans le diagnostic fait référence au X imaginaire que les muscles faibles et tendus créent.

Les principaux muscles raccourcis

  • Les trapèzes supérieurs;
  • Les pectoraux;
  • Les sous-occipitaux;
  • Les élévateurs de la scapula (omoplate).

Les principaux muscles allongés ou faibles 

  • Les trapèzes inférieurs;
  • Les fléchisseurs profonds du cou;
  • Les rhomboïdes.

Les principaux symptômes du syndrome croisé supérieur

  • Tension ou raideurs musculaires au niveau du cou;
  • Douleurs aux épaules;
  • Maux de tête;
  • Raideurs musculaires ou brulure dans la région des omoplates;
  • Diminution des amplitudes de mouvement du cou et des épaules;
  • Douleurs, faiblesses et engourdissements dans les bras et les mains;
  • Fatigue et manque d’endurance.

Sur le long terme, ce débalancement postural pourrait amener une instabilité de l’articulation gléno-humérale, ce qui augmentera le risque de pathologies aux épaules comme un syndrome de la coiffe des rotateurs, un syndrome d’accrochage sous acromial, voire même une déchirure du labrum supérieur.

Quelques conseils pour éviter et prévenir le syndrome croisé supérieur

  • Pensez à votre posture, gardez le dos bien droit, roulez les épaules vers l’arrière et gardez le cou dans une position neutre. Évitez la position de flexion de la tête prolongée.
  • Prenez des pauses fréquemment et limitez l’utilisation des outils technologiques, et lorsque vous les utilisez, prenez des pauses.
  • Favorisez l’utilisation du dispositif « mains libres » pour éviter de coincer votre téléphone entre votre oreille et votre épaule.
  • Déposez votre tablette ou ordinateur portable sur une table lorsque cela est possible. Sinon, tentez de supporter vos coudes, de les garder près du corps et de garder le dos le plus droit possible.
  • Effectuez des exercices de renforcement des muscles stabilisateurs profonds du cou, du dos et des épaules.
  • Consultez votre chiropraticienne afin d’assurer la mobilité optimale des articulations de votre colonne vertébrale.

Quand consulter en chiropratique?

Si vous remarquez certains signes posturaux qui vous font penser que vous êtes en voie de développer un syndrome croisé supérieur, vous pouvez déjà consulter afin de prévenir d’éventuels symptômes. Évidemment, si certains symptômes ont débuté, il est temps de consulter. Votre chiropraticienne se distingue par sa formation et son expertise dans le diagnostic et le traitement des troubles posturaux comme le syndrome croisé supérieur.

Lors des traitements chiropratiques, dans un premier temps notre attention ira à mobiliser et rétablir le mouvement des segments de votre colonne vertébrale qui bougent moins bien, ainsi qu’à détendre les muscles hypertoniques. Des conseils ergonomiques et posturaux seront également essentiels afin de s’assurer d’un changement durable. Puis, lorsque les douleurs et les inconforts auront commencé à diminuer, certains exercices de mobilité, de renforcement et de stabilité pourront vous être donnés progressivement.

Il n’est jamais trop tard pour améliorer vos habitudes et votre posture. N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous avez des questions ou si vous pensez que la chiropratique pourrait vous aider!

Dre Emmanuelle, votre chiropraticienne à Mirabel

Références

Xie Y, Szeto GP, Dai J, Madeleine P., A comparison of muscle activity in using touchscreen smartphone among young people with and without chronic neck-shoulder pain, Ergonomics. 2016; 59 (1): 61-72.

 Kendal, F.P., Mc Creary, E.K. et coll., Les muscles, bilan et étude fonctionnels. 5e édition. Édition Pradel, 2007.

Articles récents
Comments
pingbacks / trackbacks

Commentaires


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Inscrivez votre recherche et appuyez sur "Entrer"

coureur-périostite-tibialesyndrome-croise-inferieur