fbpx

SOS blessure traumatique

 dans Blogue

Une blessure musculosquelettique traumatique est bien vite arrivée. Entorse de la cheville, claquage de l’ischio-jambier : il vous est certainement arrivé de vous blesser ou d’être témoin d’une blessure aigüe et d’avoir le désir d’aider au mieux. La science évolue constamment et les recommandations changent très souvent pour la prise en charge des lésions traumatiques. En effet, la façon dont on gère une blessure dans les premiers jours suivant le traumatisme peut avoir un impact considérable sur le processus de guérison qui s’ensuivra.

Peut-être vous rappelez-vous de quelques acronymes appris lors d’une formation de premier secours : ICI, RICE, PRICE, POLICE. Un nouvel acronyme de traitement a vu le jour à la lumière des avancées scientifiques dans le domaine : PEACE & LOVE. Ce dernier a pour avantage de favoriser une récupération active, d’aider à désamorcer la peur de bouger à la suite d’une blessure et de favoriser une participation active du blessé dans son processus de réadaptation. Un autre avantage est également qu’il présente les étapes dans leur ordre d’application.

La première phase, PEACE, rassemble les pratiques thérapeutiques à utiliser dans la phase aigüe, soit les premières 48 à 72 heures à la suite d’une blessure.

P : Protection. On cesse les activités qui provoquent de la douleur. On diminue ainsi la mise en charge exercée sur le membre blessé ou encore le mouvement du muscle atteint.

E : Élévation. On élève le membre atteint le plus souvent possible dans une position plus haute que le cœur afin de réduire l’enflure au site de lésion.

A : Anti-inflammatoires à éviter (Advil, diclofenac, Voltaren Emulgel, naproxen, etc.). Ces derniers ralentissent la vitesse de guérison des tissus. En effet, l’inflammation est la première des trois phases de guérison, elle est donc essentielle afin de permettre aux nouvelles cellules du tissu atteint de se former. On évite également d’appliquer de la glace pour les mêmes raisons.

C : Compression. La compression permet de réduire efficacement l’enflure. Elle peut être faite à l’aide d’un bandage élastique ou d’un taping compressif.

E : Éducation. Votre professionnelle de la santé vous exposera les bonnes pratiques adaptées à votre situation afin d’éviter la surinvestigation médicale, la surmédication ainsi que les modalités passives inutiles.

 

Ensuite, passé les premiers jours, on applique les principes du LOVE pour la réadaptation :

L : Load. Une mise en charge progressive sur le membre atteint, sans douleur pour ne pas dépasser la capacité d’adaptation du tissu, permettra de reprendre graduellement le mouvement et les activités habituelles.

O : Optimisme. Un état d’esprit optimiste influence directement la perception de la douleur et la vitesse du rétablissement; celui-ci permettra une guérison optimale. 

V : Vascularisation. On facilite la vascularisation du tissu atteint avec une activité cardiovasculaire. Il est recommandé, dès le jour 3, d’effectuer des exercices « cardio » sans douleur pour un maximum de 20 minutes, 2 fois par jour.

E : Exercices. On intègre des exercices de souplesse, de renforcement et de proprioception pour favoriser un retour à la normale et une réadaptation active.

Vous voilà mieux outillé afin de faire face à une blessure traumatique. N’oubliez pas que je suis une professionnelle hautement formée et que je détiens une solide expérience dans la gestion des blessures traumatiques, qu’elles soient survenues dans un contexte sportif, à la suite d’un accident de la route ou tout simplement lors de vos occupations habituelles à la maison. En consultant rapidement et en adoptant une approche active centrée sur vos besoins, il sera possible de faire la différence afin de vous ramener rapidement à votre niveau d’activité habituelle.  

Dre Emmanuelle, votre chiropraticienne à Mirabel

 

Références

 Dubois B, Esculier J-F. Soft tissue injuries simply need PEACE & LOVE. British Journal of Sports Medicine, 2020; 54: 72–73.

Bleakley CM, Glasgow P, MacAuley DC. PRICE needs updating, should we call the POLICE? British Journal of Sports Medicine, 2012; 46: 220–221.

Vuurberg G, Hoorntje A, Wink LM, et coll. Diagnosis, treatment and prevention of ankle sprains: update of an evidence-based clinical guideline. British Journal of Sports Medicine, 2018; 52: 956.

Articles récents

Commentaires

Inscrivez votre recherche et appuyez sur "Entrer"

mode de vie - santétélétravail